Vent Réel
le large à portée de rêve

N’hésitez pas à nous envoyer un message, nous y répondrons rapidement.

+33 6 61 77 55 90
contact@ventreel.fr

Un week-end à Bréhat

Le rendez-vous était fixé au bassin Duguay-Trouin, le vendredi à 19 h. Après s’être installé à bord de « Noema », nous sommes partis diner dans Saint-Malo. Le sas pour sortir du bassin était à 8 h50. Nous nous sommes levés à 7h30. Le temps de prendre le petit déjeuner et d’appareiller. Certains ont finis de s’équiper en passant l’écluse. Gilets et cirés sont de circonstances..

le phare du grand Jardin
le phare du grand Jardin

Les portes grandes ouvertes,  le vent, le clapot, s’engouffrent dans le sas : c’est le large qui s’offre à nous…le temps de s’écarter de la zone d’évitage des ferries, la grand ’voile est hissée.

Le vent d’Ouest n’est pas l’idéal pour aller à Bréhat, mais avec le jusant, le courant appui bien les bords de prés. Passé le phare du Grand Jardin, Sébastien laisse la barre à Matthieu. Avec la côte en vue, c’est parfait pour apprendre à barrer. Quelques virements de bord dans la baie de Saint-Malo, tout le monde se familiarise avec les manœuvres. Au bout d’une heure, il est temps de passer la barre. Sylvie a la chance de passer au pied du cap Fréhel. Le vent forci. 18 nœuds, On prend un ris, puis Guillaume et Sylvie préparent la trinquette  pour être prêt si le vent montait encore.

L’après-midi touche à sa fin, nous avons finalement roulé le génois et envoyé la trinquette. Au meme moment Christian prenait l’initiative de descendre nous cuisiner une paella (en boite – mais en mer tout à meilleur goût !). Le ciel de traine est superbe, nous pouvons voir entièrement la baie de Saint-Brieuc. Quelques cunimbes poussent les rafales à 25 nœuds. « Noema » marche à 7,5 nœuds  sans forcer.

a l'entrée de la rivière de Lézardrieux
a l’entrée de la rivière de Lézardrieux

On arrive à Bréhat…Sylvie fait un relèvement en trois points (« Lost pic », La Horaine et l’amer de Logodec), elle repère la tourelle des piliers, la bouée « Cain ar mons ».

Nous passons la chambre, le vent molli, il est temps d’affaler. Nous passons la nuit au mouillage dans la rivière de Lézardrieux.

Sur le Blog